samedi 28 mai 2016

J'ai la nausée.

Photo : Août 2012.

J’ai la nausée.

Je vomirai bien sur toutes ces personnes qui ont une vie sociale, pleine, je vomirai bien sur les souvenirs qu'ils se construisent, sur leurs photos. Je vomirai bien sur ces nanas et leurs sourires white bright, sur leurs eyeliner on fleek, leurs belles photos de profil, qui témoignent d'un paraître heureux. Je vomirai bien sur les gens qui marchent, qui courent, sur ceux qui m'en profitent pas. Je vomirai bien sur tous leurs voyages, leurs moyens de se dépayser au bout du monde. Je vomirai bien sur leurs coups de gueule, leur haine déplacée, celle qu'ils crachent au premier venu, quand ils ont rien à faire et qui les rend fiers. Je vomirai bien sur leurs textes d’adulescent prônant l’amour et le wanderlust. Je vomirai bien sur le temps qu’ils ont et dont ils ne profitent pas, sur la chance qu’ils ont et qu’ils ne voient même pas. Je vomirai peut être bien aussi sur leurs corps déstressés, décomplexés, déliés, sur leurs envies débiles, leurs paroles insensées, sur le jmenfoutisme, leur carpe diem. J’vomirai bien aussi sur leurs rires, leurs bonheurs passagers et leur quotidien éclairé. Sur leurs projets d’avenir, sur toutes ces questions qu’ils ne se posent pas, ces peurs qu’ils n’ont pas, ces angoisses qui ne les freinent pas. Je vomirai bien sur leur naïveté, 

Je vomirai bien sur tout ce qu’ils sont que je ne peux être, sur tout ce qu’ils ont et que je n’ai pas.

Je vomirai bien sur mon propre corps. Sur ses faiblesses, ses coups de mou, ses abus de confiance. Je vomirai bien sur mon âme, mon esprit perdu, sur mes idées infaisables, mes espoirs et mes grands rêves. Je vomirai bien sur ma vie, gangrenée au dernier degré, sur mes hanches instables, mes genoux qui se dérobent. Je vomirai bien sur mon dos lourd et cassé, sur tout ce qu’il a du enduré et endure encore, sur tout ce que je fais subir à mon corps. J’aimerai vomir sur tout ce que j’ai envie de lui faire, j’ai envie de le casser, le briser, l’arracher, en mille morceaux bien nets et précis, pour une fois que quelque chose serait net, et précis. J’ai envie de lui en faire voir de toutes les couleurs, mais les belles, pas celles que je vois depuis des mois, pas celles que je gerbent depuis des mois. Je vomirai bien sur mon manque de self confiance, sur mes crises d’angoisses, sur mon stress perpétuel, sur mes questionnements. 

Je me vomirai bien dessus.
Nausée perpétuelle.

0 petits mots de licornes:

Enregistrer un commentaire