vendredi 6 mars 2015

Comme l'envie de changer de régime alimentaire...


( Maman, si tu me lis, s'il te plait, ne fait pas un AVC. Je t'aime.)

Quand j'étais gamine, l'idée d'absorber un légume était improbable. Moche, pas bon, trop de goût, texture bizarre, les pâtes et les patates, c'était mieux. En grandissant, j'en ai accepté certains par défaut, car ma maman n'a jamais cédé et ne m'a jamais fait de plats exclusifs (ou très rarement). Certes, j'avais toujours une aversion pour les légumes, mais certains passaient mieux que d'autres. Par exemple, je n'ai jamais supporté le chou-fleur alors que le brocoli passait mieux.


Quand j'ai commencé à vivre seule, mon alimentation a forcément changé. Enormément. Ma consommation de féculent a augmenté ( = facilité et rapidité tant lorsque j'étais étudiante que maintenant ). Mais j'ai aussi remarqué deux choses importantes : la première est que je continuais de manger des légumes de moi même. Ha, les restes de ma belle éducation :') J'ai adapté les recettes de ma maman pour en faire des recettes que j'appréciais manger. Deuxième chose importante, j'ai vu que je mangeais de moins en moins de viandes ... Jusqu'à supprimer quasi totalement les viandes rouges au 1er janvier 2013. Seul le jambon étant rescapé, et un steack haché trois fois l'an. Le seul endroit où je continuais de manger de la viande rouge, c'était dans ma famille. Chez moi, j'étais plutôt volaille, poissons, ou rien du tout !


A l'heure actuelle, alors que je ne vis plus seule et que j'ai un rythme de vie assez effrené (ou du moins des horaires peu évidents), mon alimentation stagne. Mêmes produits, mêmes façons de les cuisiner, je pourrai faire un copier coller de ma liste de courses chaque fois que je commande chez Monoprix ! A la maison, les pâtes sont reines, car rapides à faire : Chéri et moi retrouvons la maison chacun aux alentours de 22h le soir, et je suis la seule à cuisiner. Néanmoins, parfois, je me lance dans une méga ratatouille, où je mêle courgettes, tomates, pois chiches, poivrons rouges et jaunes, le tout assaisoné de curry et d'herbes de Provence, avec un peu de crème fraîche et du concentré de tomates. Un régal. Au boulot, j'ai tendance à manger les légumes qui se présentent, chose que je n'aurai jamais fait auparavant : carottes, béteraves, et même, salade !


Je suis tombée malade fin 2014, le stress m'a donné des douleurs abdominales atroces, vous le savez, et même si j'arrive à travailler sur moi, elles restent présentes. J'ai pu remarquer que certains aliments favorisent mes douleurs, que ce soit au niveau de l'estomac ou des intestins : chocolat, alcool et sodas sont bannis, les épices rebroussent chemin à la porte, mais aussi la viande, qui est trop lourde à digérer pour mon intestin ralenti. De toute cette période malade qui se calme progressivement, j'en garde quelque chose qui m'embête au quotidien : l'asthénie. La fatigue chronique.


Il y a quelques semaines, j'en suis venue à me poser une question. Si je digère mal la viande, que je suis fatiguée, souvent en manque de force, et que mes repas sont peu diversifiés : pourquoi ne pas devenir végétarienne ? Ou plutôt ovo-lacto-pesco-végétarienne, en gardant le lait (mais qui va vite être éliminé car je le digère également mal), les oeufs, et les produits d'origine animale, mais pas leur viande hormis le poisson (j'adore mes makis mais je boycotte le thon rouge, faut pas déconner !). Progressivement, éliminer viandes me motiverait il à manger davantage de légumes pour varier mes plats et ainsi m'apporter par mal de vitamines, moins de douleurs ?

Car franchement, quand je vois ça, ça me donne faim :


(Salade de tomates et poids chiches // Taboulé de poivrons, lentilles et semoule)


Du coup, j'ai testé. J'ai fait un gros ânier de courses "végétariennes", sans viandes, et j'ai tenté. Mes amis, c'est avec joie que je peux vous annoncer qu'en une semaine de plats végétariens, je n'ai eu de douleurs intestinales que deux fois (habituellement les douleurs sont quotidiennes, la gène intestinale plane tout le temps et la douleur se manifeste plusieurs fois par jour) : une fois à cause du stress, l'autre fois ... parce que j'avais retenté la veille un morceau de viande (enfin, à peine, un cordon bleu façon tartiflette, donc disons l'équivalent d'un blanc de poulet) ! Ceci prouve bien que mon alimentation joue énormément sur mes douleurs intestinales et croyez moi, j'étais ravie de me sentir bien de l'intérieur ! Ca m'a permis de diminuer ma consommation d'antalgiques et ça, ça n'est pas une petite victoire.

Ma motivation pourrait paraître absurde pour certain et surtout pour les végétariens qui le sont en raison d'une certaine conviction animale : ce n'est pas du tout mon cas. J'ai été élevée dans une famille, et même deux familles (parents divorcés) qui aiment la viande, la bonne viande, j'ai mangé de tout, boeuf, porc, veau, agneau, lapin, coq, poulet, poule, cheval (hé oui !), le plus souvent très bien cuisinés et très bons. Même si j'ai conscience du traitement infâme qui subissent les animaux avant de se retrouver dans nos assiettes (mises en bataille, gavage, etc.), je n'arrive pas à voir en celà une motivation majeure. Ca me touche et m'intéresse mais ce n'est pas ça qui m'a décidé. Je pense que c'est en celà que je ne pourrai jamais être vegan par exemple, arrêter de porter du cuir, et toutes ces choses que je respecte que font les vegans.



Mon premier vrai repas cuisiné dans mon appart à mon arrivée à Paris : POIVRONNNNS <3

Pastèque, Melo, Ananas, combo gagnant de l'été dernier.

Kiwi - Pomme - Banane, concentré de vitamines en pic-nique !



Je souhaitais partager cela avec vous, car je souhaite que ce blog se développe et soit plus un blog "personnel" qu'un blog étiqueté cosmétiques. Il est évident que je vous informerai de ma progression, de mes envies, et pourquoi pas vous montrer les recettes que je souhaite tester ? N'hésitez pas à me dire si celà vous intéresserait. En attendant, j'ai repéré trois sites de recettes plutôt sympas dont je pense m'inspirer dans les prochains mois : Végémiam, les recettes végétariennes sur SOSCuisine, et Cuisine Pop


J'ai également repéré quelques livres sur le végétarisme. Certains sont très orientés " conscience animale " : comme je l'ai dit, le sujet m'intéresse, je ne vais pas le bouder puisque je pense que 90% des végétariens le sont devenus par amour de la nature et de ce(ux) qui la peuple(nt). J'ai investis dans le ' best seller ' << Faut il manger les animaux ? >> de Jonathan S. Foer disponible ici, mais il me semble être assez culpabilisateur et moralisateur avec un iscours orienté très cause animale, mais dans un sens qui ne m'invite pas à y réfléchir pour le moment. Je vous en dirais plus à la fin du livre. Je pense aussi me diriger vers << Être Végétarien >> de Alexandra Lassus disponible ici, si je décide de continuer ainsi. Le << Guide de nutrition du Végétarisme >> disponible ici me tente également et je pense investir si je me lance réellement dans l'aventure !


Je pense m'autoriser des exceptions, en famille, nous mangeons de la viande, et cela reste dans mes habitudes, j'aime énormément la volaille même si je peux largement m'en passer. Par ailleurs, il y a des choses que j'adore, comme le boudin au pommes, ou les diots au vin blanc qui sont deux de mes plats favoris, comment m'en passer ? Néanmoins, je pense que la majorité de mon alimentation sera végétarienne si je constate que les douleurs disparaissent comme cette semaine !



Ca me donne faim !


Avez vous déjà pensé à devenir végétarien ?
L'êtes vous ?
Avez vous de supers recettes à partager ?
Que pensez vous du traitement de la viande (fermes usines, abattoirs etc) ?

0 petits mots de licornes:

Enregistrer un commentaire