vendredi 6 janvier 2017

Babylone 2.0 - Le badbuzz de la honte.


Ce n'est malheureusement pas de fruits dont nous allons parler aujourd'hui.
Un article non prévu mais qu'il me faut écrire, il me faut parler, verbaliser, la colère et la rage que j'ai en moi suite aux évènements de ces dernières heures.


Si vous n'avez pas suivi, hier dans la journée, une jeune femme a dévoilé l'existence d'un groupe Facebook nommé Babylone 2.0 - un nom qui n'évoque rien. En allant sur la page publique de ce groupe (qui lui est secret dont introuvable si on n'est pas dedans), on peut y lire "garanti 100% pèches personnelles" (d'où mon illustration)... Ca vous parle davantage ?

Vous ne rêvez pas. Ce groupe Facebook, peuplé de (quand même) plus d'un demi million d'énergumènes males en rute (une bagatelle, 52.000 personnes), est le siège de partage de photos privées, sexuelles, (sex pics, photos d'ébats), le plus souvent de conquêtes d'un soir (mais pas que), à la vue de tous (tout ceux du groupe), sans le consentement préalable de la nana et bien évidemment (parce que sinon c'est pas drôle), le plus souvent accompagnées de commentaires dégradants pour cette même personne. Un groupe privé qui n'accepte que les hommes, qu'on ne voit même pas sur facebook si on n'y est pas et, pour y être, il faut être ajouté par quelqu'un qui nous a en ami et qui veut donc partager cette "étalage de chair fraiche".

Voilà.
Gerbant n'est ce pas ?
Sexiste, machiste, abject, en plus d'être illégal.

Inutile de préciser que sur ces groupes, le femme est objet, voire moins. Considérée comme du bétail, voire même du gibier, puisque les hommes se vantent de leurs "prises", sexualisée à l'extrême et déshumanisée, insultée ... Bref, un condensé du pire du pire de ce qui peut se faire en matière de dégradation de la femme. 52 000 connards (et le mot est faible) qui pensent, en 2016, que la femme se résume à un bout de viande. Comme un bon pavé de rumstek dont on vanterai le goût à ses amis gastronomes.

Certaines filles sont mineures. D'autres plus agées. Certaines n'ont été que des plans d'un soir, alors que d'autres sont "partagées" par leurs petits amis. Toutes sont jetées en patures, regardées, dévisagées, chaque centimètre de leur corps nu, ou a moitié nu, est vu, re-vu, surement désiré, devient l'objet de fantasme et s'imprime dans le cerveau de mecs qu'elles ne connaissent même pas.

Plusieurs types de photos sont partagées :
- les "sex pics", ces photos que les filles envoient, à un homme en qui elles ont un peu confiance (ou beaucoup confiance), dénudées, ou en petite tenue, souvent sexy, pour attiser le désir chez leur conquête ou leur petit ami, (et je ne blâme pas cette pratique ni celles qui l'utilisent, loin de là, on fait ce qu'on veut avec notre corps bordel de merde),
- les photos prises dans l'intimité, par le partenaire temporaire ou régulier, mais qui devaient y rester, dans l'intimité, car c'était sous entendu entre les deux personnes, et que ça ne regarde personne,
- et enfin les photos non consenties, prises à la va vite, quand la femme ne fait pas attention, qu'elle dort, qu'elle a le dos tourné. Une photo qui, dans son cerveau, n'existe même pas.

Que ce soit pour se vanter ou se venger (on parle alors de "revenge porn"), la pratique est abject.
Elle me colle cette envie de vomir dont on ne se défait pas si facilement.
Elle dépasse toutes les règles de vie privée et de droit à l'image, car oui, même si le groupe est secret, avec 52.000 personnes dessus, cela peut être considéré comme publique.
Elle dépasse toute notion de consentement, de confiance et surtout, SURTOUT, de respect.
De respect de l'autre, de son corps, de ses choix (à qui elle montre son corps, à qui elle le partage).

Comment peut on être traitées ainsi ? Où est le manque ? Dans l'éducation ?
Certaines personnes ont essayé d'avertir, les copines, les soeurs, les mères de ces mecs, ceux qui demandaient sur la page publique à rejoindre ce groupe, mais les réponses sont toutes les mêmes, "il fait ce qu'il veut", "voyez cela avec lui", "mêlez vous de vos affaires"...

Ces femmes ne sont elles donc pas outrées du comportement de ces hommes de leur famille ? Trouvent elles cela normal ? "Pas grave" ? Comment réagiraient elle si c'était leur photo qui était partagées ? Car on n'est plus à ça près, si ces mecs sont capables de prendre en secret leur copine, peut être le font il avec leur soeur, qui se déshabille dans la salle de bain la porte entre ouverte ?... Féministe ou pas, chaque femme devrait être outrée devant un tel groupe ! C'est une atteinte à l'essence même de la femme, son corps, son intimité, et ça peut toucher n'importe qui, comment cautionner cela, comment fermer les yeux là dessus ??

Ces mecs ne réfléchissent pas ? N'ont ils jamais pensé à leur réaction s'ils tombaient sur un revenge porn avec leur soeur en photo ? Ou leur nouvelle petite amie, qui serait victime d'un revenge porn par son ex ? Ou de leur collègue, leur patronne, leur prof, que sais je d'autre ... Apparement non.

Trop excités à l'idée de se pougner sur des fesses, des seins, des corps nus, surement tout autant excités par l'absence total de consentement, ces mecs en ont oublié leur cerveau


& vous voulez connaitre le pire ?

Facebook ne fait rien. Ces femmes, coups d'un soir, ou non identifiables sur les photos, ne seront surement jamais retrouvées et ne pourront donc pas porter plainte contre celui qui a diffusé leurs photos à leur insu. Peut être même qu'elles ne le sauront jamais. & enfin, Il n'y a rien au niveau législatif pour condamne ceux qui regardent, ceux qui sont d'accord, ceux qui laissent faire, ceux qui aiment ça, qui cautionnent.

J'ai vu passer sur un site une remarque qui m'a fait bondir : "il est grand temps de faire passer le message aux femmes que se prendre en photo dénudée n'est pas une bonne idée, car rien n'empêche cette photo de finir dans un groupe avec des milliers d'inconnus". Ha ? C'est donc à la femme de s'adapter une fois de plus ? L'auteur - féminine - de l'article, doit surement aussi penser que les femmes doivent éviter de porter des jupes dans la rue, sous peine de se faire harceler ... No way.

On parle aussi d'un second groupe nommé "Garde la pèche", qui lui aussi a sa page Facebook publique en plus de son petit groupe secret. Celui ci partage des photos de base publiques. Des mannequin le plus souvent, qui ont partagé des photos de leurs corps en bikini sur instagram, par exemple. Alors que l'on peut se poser la question du consentement (les photos qui de base sont publiques, sont "juste" repartagées, quid du droit à l'image ?), ces pages génèrent, comme sur Babylone 2.0, le plus souvent des commentaires abject et surtout, tout comme Babylone 2.0, font de la femme un simple objet sexuel.


Nous ne pouvons pas, en 2016, accepter cela.
& après on viendra se plaindre que les nanas ont du mal à faire confiance aux hommes.
Étonne toi encore avec ça ...


(pardon pour l'article très brouillon, qui ne fut qu'un défouloir explicatif.
Je vous invite à régir en commentaires, évidemment !)

1 petits mots de licornes:

Côté Make-up a dit…

Au vu de la non action de facebook, je trouve que même facebook devrait avoir une peine. je fais parti des gens qui ont signalé la page, le groupe et même l'admin et pour les trois j'ai pour réponse " ça n'enfreint pas les standards de communauté". nan mais c'est n'importe quoi !!!!! Ca me met hors de moi.

Enregistrer un commentaire