vendredi 24 octobre 2014

SANTE : Rencontre avec ma nouvelle amie.

Quand j'étais jeune et insouciante (lycée ; 15 ans).

Il y a quelques jours, j'ai eu droit de passer ma journée aux urgences et j'ai niqué le premier jour du WE de mon amoureux en l'obligeant à poireauter dans la salle d'attente de cet hôpital décidément peu pressé (mais bon, dans l'urgence, hein ... j'étais à dix mètres), je l'ai vu très énervé avec la sale envie d'appeler lui même le labo pour mes résultats sanguins qu'ils ne daignaient pas afficher en ligne pour Monsieur-mon-médecin, mais je l'ai aussi vu attendri à essayer d'essuyer le maquillage qui me transformait en panda, je me suis retrouvée pour la première fois en "salle de déchocage" (hé bien côté patient, c'est impressionnant), d'après l'infirmière, mes tatouages sont cools parce qu'ils indiquent où mettre les patchs de l'ECG et elle était contente que je lui indique ma seule veine (entre deux crises de larmes ridicules), j'ai eu l'impression d'avoir dix ans quand j'ai demandé l'autorisation pour sortir mon téléphone et prévenir ma "môman" (<3), moi et ma mini-vessie avons détesté ne pas pouvoir se lever pour faire pipi parce que "on doit vous surveiller", j'ai dépassé mon record de tachycardie ( 130 battements à la minute les gars, qui fait mieux ? ) et j'ai appris qu'au repos, tranquille-posey j'étais quand même entre 85 et 100, une fois calmée et ne respirant plus comme un poumon fatigué, j'ai dépassé mon record de "je respire vraiment pas beaucoup de fois à la minute" (six fois, très exactement), j'ai pu constater qu'en temps normal où je vais bien j'ai 95% de saturation et là à moitié asthmatique j'étais à 100% (quelle logique folle!), je me suis rassurée en me disant que, c'est pas possible autrement, c'est surement le t-shirt trop kitsh avec une licorne et une indienne du mec devant moi ce matin qui m'a fait ce drôle d'effet (LOL), j'ai ri-jaune du fait qu'il y a encore quelques années de ça j'étais si light et peu nerveuse que c'en était devenu une blague pour mes parents et que maintenant mon corps s'emballe au moindre pet de travers (voire même au moindre rien-du-tout).

Bref, aujourd'hui, je suis devenue grande dans ma vie mentale : j'ai fait ma vraie première crise d'angoisse de grande fille même-que-j'ai-eu-trop-peur parce que tu comprends, une douleur thoracique couplé au fait que je respirais comme une otarie, bah ça peut être grave (et c'est flippant), et que ma déformation professionnelle m'a dit dans ma tête "Attention c'est peut être une crise cardiaque".

Pourquoi je vous en parle sur le blog ? Parce que c'est mon repère beauté, mais surtout, mon repère tout court, et j'aime extérioriser et verbaliser. Peut être que vous vous retrouverez dans mes dires, ou peut être que vous pourrez partager votre expérience !

A l'heure actuelle, je me rends compte que j'angoisse pour rien maintenant, des peurs irrationnelles et ridicules. Moi qui était si forte avant, si jem'enfoutiste, je me vois stresser, angoisser, pleurer, faire des nuits blanches ... Si j'ai quelque chose de prévu à 16h je suis incapable de faire quoique ce soit de mon après midi de peur que ça me mette en retard. Quand je croise les gens dans la rue je fais un pas sur le côté, "parce qu'on sait jamais". J'ai peur de la méningite, du cancer, de l'infarctus et du cholestérol. Mes intestins valsent au gré de mes humeurs et déshumeurs. Je déteste que les gens m'accostent, je n'aime plus bouleverser mes habitudes et ma routine me convient et me rassure. Je préfère être chez moi que sortir, j'angoisse du désamour de mes amis ... Et j'en peux plus. Je n'aime pas ça, j'ai l'impression d'être faible. Victime de mon environnement. J'aime être seule, agir seule, créer seule. Et je ne me reconnais pas.



Il y a quelques jours j'ai vu passer un petit top sur le net : "Le top 24 des choses que seules les personnes anxieuses peuvent comprendre". Voici les petites phrases dans lesquelles je me suis reconnue :

- Vous éprouvez un mal être constant. Comme dit plus haut, je panique pour tout, tout le temps et sans raison apparente. Je suis passée maitre dans l'art de le cacher.
- Votre anxiété vous cause de réels désagrément physiques et des douleurs, ce qui au pire se transforme en une véritable attaque de panique. Je ne compte plus les douleurs diverses et variées, les maux de tête et autre ... Chaque stress se manifeste par le corps.
- Votre esprit s'emballe constamment et vous questionnez tout. En effet, tout est réfléchi mille fois, je me pose mille question sur tout et toujours sans raisons.
- Vous êtes anxieux à propos de l'anxiété. Cette phrase semble bizarre mais elle est tout a fait logique. C'est un cercle vicieux car on sait qu'on ne va pas être bien, donc l'angoisse monte encore davantage. Être anxieuse quotidiennement m'angoisse dans le sens ou cela m'inquiète et m'énerve.



- Vous êtes épuisé, tout le temps. Parlons des nuits de 10h qui ne repose pas et de chaque effort qui me fatigue énormément ...
- Vous vous retrouvez dans la situation de ne pas pouvoir faire confiance à votre cerveau. He oui ! Toujours en train de se demander si mon stress est justifié ou non, si j'ai raison d'avoir peur, d'être méfiante ...
- Puis vous vous retrouvez face à la difficile perspective d'essayer de combattre votre anxiété par ce qui en est la cause. Et ça c'est bien compliqué. Trouver la cause de l'anxiété est très dur.
- Des personnes bien intentionnées essaient de vous aider, mais parfois cela aggrave les choses. Vous savez qu'il y a des choses qui pourraient vous aider à combattre votre anxiété mais cela vos rend anxieux à l'idée d'y penserEntendre que ça va aller, que c'est une passe, que je dois me reposer, prendre du temps pour moi, voir un psy ... Beaucoup de bons et beaux conseils mais impossible à mettre en oeuvre ou qui m'angoissent tout simplement. Donc ça me déprime encore plus de ne pas pouvoir le faire.
- Vous êtes vraiment inquiet à l'idée d'être un poids pour les autres. Rien de plus vrai ! Lors de ma première dépression (celle qui m'a amenée à la personnalité anxieuse que je suis) j'ai coupé les ponts avec tout le monde, toutes mes amies, car j'avais honte d'être ainsi et je ne voulais pas être un fardeau. Je m'excuse souvent auprès de mon petit ami de l'état dans lequel je suis, quand je suis anxieuse pour rien, malade, etc ...




Me voilà donc avec un nouveau symptôme de mon angoisse, les crises. J'espère que cela ne se renouvèlera pas de sitôt !

Family Bears partage aussi son histoire aujourd'hui sur son blog, je vous invite à aller lire ! *clique!*


& vous, faites vous des crises d'angoisse 
Quelle sont vos 'remèdes' ou petits trucs pour les éviter ou les contrôler ?
Avez vous toujours eu vos crises, ou font elle partie de votre vie depuis récemment ?
Un psychologue vous a t'il aidé ?


0 petits mots de licornes:

Enregistrer un commentaire